La lecture est une forme d’expansion

« On parle souvent de la magie de la lecture… »

« Cette magie, nous la connaissons tous, elle tient à cette capacité étrange que possèdent les livres de nous transporter. […] La lecture met en mouvement notre imagination, nous fait oublier où nous sommes, qui nous sommes, en quel temps nous vivons et quels sont nos soucis. Et cependant, tel est le paradoxe essentiel, cette activité qui nous écarte du monde réel est aussi celle qui nous le fait découvrir et connaître, cette activité qui nous fait oublier qui nous sommes est aussi celle qui nous permet d’apprivoiser nos propres secrets. »

« Ces connaissances que les livres nous apportent, ce sont avant tout des ouvertures sur des mondes auxquels nous n’aurions pas accès. […] La lecture est donc […] une forme d’expansion. »

Ces citations sont extraites d’Éloge de la lecture, lisible sur le site de Jean-Michel Maulpoix, écrivain, poète, et critique littéraire, dont je lis souvent les carnets de route lorsque j’invite à écrire le voyage.

Oui, la lecture est bien une forme d’expansion. Expansion de soi, expansion de l’imagination, expansion de l’écriture (dans les ateliers, les voix de mes compagnons auteurs irriguent les écritures). Expansion, aussi, de l’invention des propositions d’écriture que je trouve toujours dans les livres, comme pour ce prochain atelier : Prendre langue avec Maylis de Kerangal.

« La lecture […] est une compagnie. Dans la solitude et l’oisiveté, le livre vient inscrire une présence : il apporte avec lui un monde, des paysages, des personnages, des voix, des affections et des pensées. […] Il suffit de l’ouvrir pour que la conversation s’engage silencieusement. »

« La lecture est aussi une histoire d’amour. […] Les livres sont des moments de notre vie, des particules de notre histoire. »

« Je dirais que chaque livre est semblable à une écorce dont chaque lecteur tour à tour serait l’arbre. Le lecteur seul ramène de la vie sous l’écorce. C’est la lecture qui est la sève. »

Jean-Michel Maulpoix cite Montaigne : « faire lire un enfant, ce n’est pas emplir un vase, c’est allumer un feu. »


Explorer l’écriture en atelier

Aller à la page des ateliers et formations

Poster votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s