Quelque chose de l’humain est touché

Quelque chose de l’humain a été touché par les actes barbares perpétrés au nom de l’Islam, le 7 janvier 2015.

Non, je ne suis pas Charlie, je suis une femme retirée dans le silence, retirée de ce monde devenu absurde après les événements qui ôtent à l’humain ce qui fait son humanité, c’est-à-dire son droit à la parole, son accès au langage. Je suis avec celles et ceux qui portent le deuil de ce qui, de notre humanité, a été atteint par ces actes. J’ai vu cette plaie ouverte dans la chair de notre civilisation — les exécutions, la soif de vengeance et la haine qu’elles éveillent.

« … un massacre perpétré par des assassins qui ont prétendu agir au nom du dieu de l’Islam – quelle honte, quelle infamie – ; comment dire avec des mots assez forts l’indignation et la sidération que l’on peut ressentir face à ces monstres dont la barbarie est en réalité la négation de la religion et de la civilisation de l’Islam ? »

C’est ce vendredi 9 janvier, un peu avant que la mort des terroristes ne mette (provisoirement) fin à la terreur. C’est une voix qui fait du bien dans le noir de ces jours, une voix qui appelle à penser, un barrage contre la haine ; c’est Abdennour Bidar, dans son émission Culture de l’Islam sur France Cluture.

Écoutez-le parler de la grande civilisation de l’Islam. « Il n’y a pas d’Islam là où il n’y a pas civilisation – c’est à dire des femmes et des hommes à la fois civilisés et cultivés. L’Islam, comme toute grande culture digne du beau nom de civilisation, est l’une des patries de l’être humain civilisé, c’est-à-dire éduqué, instruit, formé au contact des savoirs et des sagesses, humaniste, respectueux d’autrui, fraternel envers tous les êtres humains qu’il aura appris à considérer comme ses frères et ses sœurs en humanité sans distinction d’origine, de couleur ou de croyance. »

« La violence m’a coupé le souffle », écrit Dominique Dussidour sur remue.net ; comme elle j’ai commencé par me taire. Puis j’ai cherché mes frères et sœurs d’humanité dans la folie ambiante. Je les ai trouvés avec Leslie Kaplan, quand elle parle de la désolation en lecture d’Anna Arendt : « Dans la désolation, ce qui est atteint, c’est le lien fondamental humain du langage, la confiance dans les mots, dans la parole de l’autre. » (Leslie Kaplan, Du lien social, citée ici et .)

J’ai aussi pensé à la phrase la plus politique de Kafka qui devint un appui pour Kaplan et me pousse aujourd’hui à sortir du silence : « Écrire c’est sauter hors du rang des assassins. »

Sortir, oui, modestement du silence de la haine passant dans les actes avec les compagnons trouvés ici et là qui m’ont aidée, avec d’autres, à me sentir moins seule :

ici, avec Grand corps malade : « j’ai mal à l’être humain — si seulement ce drame abject pouvait nous faire grandir » ;

, avec « Résister collectivement à la haine » d’Abdennour Bidar :
« Dans les heures, les semaines, les mois qui viennent, et par la faute de cet horrible attentat ce seront comme des vagues géantes qui vont déferler sur nous sans arrêt, et contre lesquelles il faudra réussir à s’arc-bouter tous ensemble. De toutes nos forces il faudra tenir bon, rester solidaires » car, « tout de suite après le premier réflexe de la douleur et de la colère, arrive la tentation de rendre le mal par le mal, de faire violence pour se faire justice, de choisir la vengeance contre le mal. »

, avec Jean Prod’hom lorsqu’il écrit sur lesmarges.net : « On voudrait dire halte ; trop tard, le vacarme a pris, tout s’accélère, puis cale. Quelqu’un dit « la guerre », et c’est la guerre ; quelque chose de très ancien s’est installé dont on se croyait à l’abri ; quoi ? Impossible de le dire, c’est d’avant le langage et les mots ne lui font plus barrage. »

Quelque chose de l’humain s’est brisé, qui peut être restauré par la parole, sauvé par la culture. Et je suis heureuse d’œuvrer à ces espaces de création que sont les ateliers d’écriture, ces lieux où chacun prend une parole respectueuse pour encourager la créativité des autres. Ces lieux où l’écriture — le langage, ce qui nous fait hommes et non bêtes — fait de celles et ceux qu’elle réunit des compagnons d’humanité.

Je ne suis pas Charlie mais je serai, demain, une charlie parmi tous ceux qui marcheront contre l’atteinte au droit fondamental d’être des femmes et des hommes de langage — plutôt que des êtres barbares.

noir site
Trouver la page des ateliers : c’est ici

14 réflexions sur “Quelque chose de l’humain est touché

  1. Merci Claire pour ce texte qui comme un cri sourd laisse entendre l’émotion. L’émotion de l’horreur nous sommes des millions à la vivre aujourd’hui qu’en ferons nous demain ? relisons Hanna Arendt et d’autres qui de leur expérience intime avec l’horreur on su ne pas taire. Comment ne pas taire pour tout commentaire !

    Salutations solidaires,
    Véronique

  2. Grand merci, Claire pour tes mots qui m’émeuvent et auxquels je dis un grand OUI depuis que je sais et vois et ressens surtout…
    Haut les cœurs et les consciences !!
    Passerais-tu demain chez moi aprés la grande marche ?
    Douce nuit Alma
    *Cécile Alma Filliette*

    • J’espère que ton atelier portes ouvertes s’est bien passé, Cécile ; pas eu la force d’y passer après les émotions de cette journée de marche avec tant d’autres… si nombreux… ensemble

  3. Nous sommes tous touchés !
    Nous sommes tous concernés
    Nous sommes tous responsables
    Aujourd’hui… et demain !?

    Je crois aux vertues du coeur, merci.
    Patricia

  4. Bonjour,
    De nos jours, bien souvent les cris censés montent aux oreilles de Dieu mais pas à celles de l’Homme.
    Puissions nous tous écouter et entendre ces idées écrites emplies de fraternité et d’égalité.
    Puissions-nous tous écouter et entendre ces idées écrites emplies de fraternité et d’égalité.
    Je fais le vœu que les manteaux de l’hypocrisie tombent pour laisser la place aux valeurs humaines.
    L’arme au maux ne peut être la sauvagerie y compris celle qui vient du froid ou de la solitude.
    Oui, n’acceptons plus cela dans une société civilisée.
    Bien à vous
    Hassan

  5. Je viens de lire votre article et je me sens moins seule… moi aussi je suis restée sans voix, moi aussi je suis cette femme que vous décrivez si bien, une femme retirée d un monde devenu absurde !
    Merci d’avoir trouvé les mots justes pour exprimer ce que je ressentais et que d’autres ressentent.
    Merci du fond du cœur !

  6. J’ai écrit ailleurs que je n’étais pas Charlie, que j’étais Christine, militante des droits de l’homme poète et humaniste. Nos discours se rejoignent Claire. Au plaisir de vous rencontrer.

Poster votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s