Avec Erri de Luca

« J’ai fait le plus vieux métier du monde. Pas celui de la prostituée, mais l’équivalent masculin, l’ouvrier, qui vend son corps à la force de son travail.

Écrire a été et reste pour moi le contraire, un temps de fête dans une journée de corps vendu pour un salaire. Ce fut du temps sauvé. »

« Je n’ai rien de l’écrivain penché sur sa feuille, tourmenté par une quête artistique. Rien de sa sueur sur le papier : j’avais déjà transpiré avant, j’arrivais bien séché sur la feuille. Sec moi, et la page aussi, mais pas vide, prête au contraire à s’emparer des phrases tournées et retournées dans ma tête durant les heures du corps vendu. Qui sait s’il reste aussi un temps de pensées à la prostituée, tandis que son corps agit. »

Erri de Luca, Pas ici, pas maintenant

John Singer Sargent - Du temps sauvé

Du temps sauvé



Poster votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s